Trois défis de travailler à distance

Trois défis de travailler à distance

En 2020, une proportion sans précédent de travailleurs a découvert le télétravail. Certains attendaient cette transition avec impatience, alors que d’autres n’y voyaient que des soucis potentiels. Qu’on aime l’idée ou non, ce nouveau mode de vie s’est imposé du jour au lendemain suite à la pandémie et entraîne aujourd’hui son lot d’avantages… et de défis. En voici trois qui sont très communs et quelques astuces pour y répondre.

Alimenter l’esprit d’équipe

La petite jasette quotidienne à la machine à café. L’incontournable cinq à sept du jeudi. Les inside jokes développées au fil du temps. Pour plusieurs, la vie sociale au bureau est un gros avantage qui se retrouve complètement éliminé par le télétravail. Quand on ne parle à personne de la journée et qu’on communique exclusivement par courriels avec ses collègues, il n’y a rien de surprenant à ressentir la solitude. Pour tenter de briser l’isolement, il faut donc user de créativité et faire le choix conscient d’utiliser le téléphone ou la vidéoconférence chaque fois que c’est possible. Certaines entreprises trouvent le moyen de maintenir leur culture vivante, par exemple en créant un canal uniquement dédié au badinage ou à la conversation sur leur plateforme de clavardage. Et d’autres vont plus loin en réussissant à organiser des rassemblements d’employés qui respectent les mesures de distanciation. Ainsi, le cinq à sept peut maintenant se faire au parc ou être remplacé par une activité de groupe en plein air. Louer un bureau éphémère en nature où quelques employés à la fois peuvent se réunir est une solution plutôt chouette que certaines compagnies ont également déployée. Avec un certain budget du côté employeur, c’est à considérer.

 

Bien communiquer

Un appel vaut mille courriels. Si l’expression n’existait pas, la voilà créée! Un autre enjeu qu’entraîne l’absence de communication en face-à-face, c’est la facilité avec laquelle les malentendus se produisent. Même lorsqu’on est conscient du problème, l’art du message électronique est toujours ardu à maîtriser. Combien de fois ai-je ajouté des points d’exclamation superflus pour m’assurer qu’un courriel aurait l’air suffisamment jovial? (Réponse : un nombre incalculable de fois.) Dans un contexte où l’on ne voit jamais nos collègues, des imbroglios qui seraient évités en personne surviennent, puisqu’on interprète souvent que l’autre personne a un ton sec alors qu’elle s’exprime tout à fait normalement. Si la vidéoconférence est bien sûr idéale, des logiciels comme Slack sont utiles pour communiquer à l’écrit tout en insufflant une touche d’humanité à nos propos. C’est là qu’émojis, mèmes et GIF viennent prouver leur pertinence : avec un brin d’humour, on tisse toujours plus facilement des liens.

Trop travailler

Par le passé, la conception voulant qu’un employé travaillant de chez lui soit plus enclin à procrastiner était très répandue. Les employeurs étaient d’ailleurs réticents à permettre le télétravail pour cette raison. Plusieurs études ont aujourd’hui prouvé l’inverse : une personne travaillant de chez elle fait au contraire plus d’heures productives. Et pour certains, c’est même un problème, car la frontière entre la vie professionnelle et la vie personnelle devient trop poreuse. Les gens se retrouvent à rester collés devant l’ordinateur jusqu’à tard, répondent à leurs courriels en soirée, n’arrivent plus à se déconnecter. Si c’est votre cas, fixez-vous une heure précise pour finir votre journée. Et si ça ne marche toujours pas, prenez rendez-vous : un ami qui vous attend au parc pour jogger à 18 heures, ce n’est pas sorcier, mais ça fonctionne à tout coup!


D’autres articles qui pourraient vous intéressez