Et si la garderie était flexible?
- Temoignages -

Et si la garderie était flexible?

Publié le 4 décembre 2019 | Par Marie-Josée Dea

Et si nous posions un regard neuf sur l’accès à la flexibilité?

Cette semaine, l’Observatoire des tout-petits a publié le portrait annuel des conditions dans lesquelles grandissent nos enfants. Il est vraiment intéressant de prendre connaissance des chiffres concernant aussi la condition des parents (surtout des mamans) qui peinent à bien gérer le défi de mener à bien le rôle parental tout autant que le rôle professionnel.  

  • 39,6% des mamans présentent des signes de stress élevé en ce qui a trait à la conciliation travail-famille. C’est énorme! C’est le tiers des femmes qui avouent être stressées. *
  • 62% des parents reconnaissent que la conciliation travail-famille est une source importante de stress. *
  • 57% des parents interrogés trouvent que la société n’est pas très accommodante pour la conciliation travail-famille. *
  • 73,8% des mamans avec au moins un enfant de moins de cinq ans travaille (en 2016). *
  • 36% des parents sondés affirment ne pas avoir de mesures de conciliation travail-famille dans leur lieu de travail. *
  • 57,9% des enfants de moins de cinq ans fréquentaient un service de garde éducatif reconnu par le Ministère de la Famille. *

*Données provenant du site https://tout-petits.org/

Tous ces chiffres sont pertinents pour dresser un portrait global de la situation et je vous invite à visiter leur site internet (https://tout-petits.org/publications/) pour prendre connaissance de l’ensemble du rapport. J’aimerais cependant porter votre attention plus précisément sur la dernière donnée : 60% des enfants de moins de cinq ans fréquentent un service de garde.

La première garderie populaire a vu le jour en 1970 dans un mouvement féministe pour permettre aux femmes d’intégrer le marché du travail et de s’épanouir professionnellement au même titre que les hommes. Le service de garde est, depuis, le pilier central de ce qui nous permets d’être actives sur le marché du travail, de payer des impôts et de contribuer à l’essor de notre société. Un point tournant et positif.

De façon plus ironique, quand vient le désir de fonder une famille, la première chose à laquelle on pense, après l’arrêt de la pilule contraceptive, c’est de s’inscrire à la Place 0-5 en espérant une place en CPE avant l’entrée à la maternelle de mini! Trouver une garderie est en soit une source de stress. Mais attendez, une fois la perle rare trouvée, il faut vérifier quelles sont les heures d’ouverture de ladite garderie. Et là commence le savant calcul mathématique : si je pars de la maison à x, j’arrive à y au travail et si je réussi à finir à x j’arriverai sans doute à temps à la garderie le soir… On reconnait le scénario! Et si vous êtes dans ma situation (parce que je ne suis sans doute pas la seule), vous êtes la personne attitrée à la garderie matin ET soir.

En gros, pour avoir accès à un service de garde, à moins de rares exceptions, il faut travailler de jour, en semaine et approximativement entre 9h et 16h. Il faut avoir le temps de déposer l’enfant le matin, faire sa journée au travail, revenir dans le trafic du soir et récupérer l’enfant tout en ayant respecté le 10 heures maximum de présence à la garderie et le 8 heures minimum de présence au bureau.

On se demande réellement pourquoi les parents sont stressés? Je suis stressée juste à écrire ces lignes!

Récemment, une manifestation surprise sur le climat au centre-ville de Montréal a causé un ralentissement monstre des transports en commun et, en bref, du trafic. J’ai un horaire bâti à la minute près pour entrer dans les temps et me voilà coincée dans un autobus qui ne bouge plus, entre des dizaines de voitures et des policiers qui essaient de dépêtrer tout ça. Je panique. Non, je PANIQUE!!! La garderie ferme à 18h, je n’y serai pas à temps, c’est une évidence ET il n’y a aucun moyen de rejoindre les éducatrices parce qu’elles sont évidemment occupées à prendre soin de nos enfants. Voulez-vous vraiment connaître mon niveau de stress? Je bouille! Bon, j’ai fini par trouver sur Facebook une personne qui connait une personne qui connait la directrice et qui a pu la contacter pour moi. Imaginez!

Ce n’est que l’illustration d’un petit espace-temps de la vie d’une maman. La charge mentale, les responsabilités, la carrure des services offerts pour nos tout-petits et le manque de flexibilité peuvent bien pousser 39,2% des mamans à vivre un niveau de stress élevé.

La flexibilité, je crois, est bénéfique dans toutes les sphères de notre société. Nous avons voulu et nous avons fait en sorte que les femmes s’épanouissent sur le marché du travail autant que les hommes, mais les femmes doivent conjuguer le travail et la famille d’une autre façon puisque les enfants, eux, sont toujours dans le portrait.

Et si les garderies étaient plus flexibles aussi? Combien de mamans n’occupent pas leur poste de rêve parce que l’horaire proposé n’est pas flexible au bureau et que la garderie n’est ouverte que de 7h à 18h? J’ai magasiné mon travail en fonction de l’horaire de la garderie. Oui ça ferme des portes. C’est la question de la poule ou l’œuf, mais quoi quoiqu’il en soit, on est coincé dans un sens comme dans l’autre.

Dans mon utopie du bonheur au travail, je souhaite un boulot flexible ET un milieu de garde flexible. Si les éducatrices travaillaient sur des quarts de travail? Peut-être que cela conviendrait davantage au rythme de vie de certaines éducatrices, qui elles aussi doivent jongler entre garder des enfants toute la journée et bien gérer leurs propres besoins familiaux.

Imaginez un service de garde ouvert, par exemple, de 6h à 23h… *IMPORTANT : Ceci ne veut pas dire d’abandonner ses enfants à la garderie 16 heures par jour. Ce serait plutôt un outil super intéressant pour permettre aux parents de travailler en dehors du fameux 9 à 5. Je sais que certaines garderies offrent ce service à un coût plutôt onéreux, mais étendre ce service à plus grande échelle et de façon abordable serait pour moi un autre pas plus qu’intéressant dans le monde de la flexibilité.

Pour en savoir plus

    Les cônes oranges
    Les cônes oranges
    « Une mesure flexible peut tout simplement être d’offrir un horaire agile à ses employés. »
    Publié le 12 novembre 2019
    Travailler après la maternité
    Travailler après la maternité
    « Dois-je vraiment retourner travailler après mon congé de maternité ? »
    Publié le 4 novembre 2019
    Trouver son flow
    Trouver son flow
    « Où sont ces fameux emplois où la flexibilité est mise de l’avant ? Comment les trouver ? »
    Publié le 4 novembre 2019

Les dernières publications

Et si la garderie était flexible?
Et si la garderie était flexible?
Et si nous posions un regard neuf sur l’accès à la flexibilité? Cette semaine, l’Observatoire des tout-petits a publié le portrait annuel des conditions dans lesquelles grandissent nos enfants. Il est vraiment intéressant de prendre connaissance des chiffres concernant aussi la condition des parents (surtout des mamans) qui peinent à bien gérer le défi de …
Publié le 4 décembre 2019
Entreprise flexible : oui ou non ?
Entreprise flexible : oui ou non ?
« Les entreprises flexibles ont la cote et ce sont ces dernières qu’on retrouve sur Flow. »
Publié le 12 novembre 2019
Les cônes oranges
Les cônes oranges
« Une mesure flexible peut tout simplement être d’offrir un horaire agile à ses employés. »
Publié le 12 novembre 2019